Toyota FJ Cruiser

Un 4x4 vraiment FUN préparé par Brun Classic Automobiles

Toyota FJ Cruiser

Amoureux des belles automobiles en générale et des 4x4 en particulier,  Sylvain Brun s’est penché récemment sur le cas d’un FJ Cruiser V6 4,0l. Une fois passé dans l’atelier de Cabanne), le Toyota a pris quelques chevaux de plus et surtout sa tenue de cap s’est trouvé grandement améliorée. 


Installés non loin de Cavaillon, Sylvain est passionné de belles mécaniques. En ce qui concerne le premier, c’est un mécanicien de génie, incollable sur l’historique des Toyota et des Land Rover entre autres marques. ( Il est intarissable sur Porsche et .pour les connaisseurs Sylvain termine la reconstruction intégrale avec pièces d’origine, d’une Porshe 911 R  et a pour ambition de s’attaquer dans le même esprit à celle d’une 911 4WD. Vous savez, celle qui a couru le Dakar en 1984 ! ).) Bref l’Atelier de Cabanne est devenue rapidement  un rendez-vous incontournable dans la région pour tous ceux qui aiment parler grosses cylindrées, admirer des voitures de prestiges ( Rolls Royce, Jaguar ou Porsche ) ou plus simplement parler 4x4. 

Les présentations faîtes venons en au cœur de sujet : ce fameux FJ Cruiser V6 4,0 l .
De par son allure ce Toyota jamais importé en France, sort de l’ordinaire. Pour certain ses lignes rappellent celles des Land Cruiser des année 80 et pour d’autres c’est un mélange de rétro et de moderne. Sincèrement, pour nous, cette silhouette massive lui appartient en propre et elle nous a séduit immédiatement. Il s’en dégage une impression de robustesse renforcée encore plus dans l’habitacle par le choix des matériaux. Robuste mais confortable tout au moins aux places avant. Certes les ouvrants peuvent déconcertés avec ces portes “suicides” pour accéder à l’arrière. Mais question commodité, on y prend vite goût. ( ces portières ne peuvent toutefois être ouverte sans que les portes avant le soit en premier. ) En revanche, la fenêtre de ses portières s’avère bien petite pour admirer les paysages. Le coffre est spacieux et de surcroît la banquette arrière se replie en 2/3 1/3. Donc aucun problème d’emport d’objet volumineux. Le compartiment de charge n’est pas recouvert de moquette mais d’un tapis caoutchouté toujours préférable en cas de salissures. Cependant il faut noter que tout l’habitacle est conçu pour être nettoyé à grande eau. A ce titre, les sièges sont recouverts de tissus hydrofuge qui ne craignent pas d’être souillé : bref on monte à bord d’un vrai tout terrain.
A la place conducteur, l’instrumentation est claire et les diverses commandes tombent naturellement sous la main. Et, si l’indicateur de vitesse est en miles, les km heures sont inscrits également mais en plus petit. 

Pour le marché américain

Un 4x4 spacieux

Sous le capot, c’est un V6 4,0 L  de 239 ch qui  propulse le Fj Cruiser. Celui-ci est associé à une boîte automatique 5 vitesses qui transmet le couple via une boite de transfert à deux rapports. IL est possible de choisir par le sélecteur unique le mode de propulsion : 4 roues motrices permanentes ou 2 roues motrices arrières. Le Toyota FJ Cruiser 2007 profite de toute l’assistance à la conduite de série, entre autres l’ABS avec répartition électronique de la force de freinage, un dispositif de contrôle de la stabilité du véhicule et un régulateur de traction. Reprenant les grands classiques d’aujourd’hui, les trains roulants sont composés de suspensions à double bras triangulé à l’avant et d’un pont rigide à l’arrière mariés avec de classique ressorts amortisseurs. 

Conçues pour le marché américain, les suspensions peuvent se montrer trop souples pour nos routes et chemins européens. Certes, ce n’est pas encore un bateau mais mais le gros véhicule semble un peu flotter ce qui nuit à sa tenue de cap. ( là on est en plein dans la marine ) C’est donc sur ce point que l’ami Sylvain à porter ses efforts en premier. Il suffit de compulser les catalogues américains où canadiens ( ces derniers sont en français !) pour trouver son bonheur en matière de kit de suspension. Toutefois ceux-ci ont l'inconvénient de réhausser sensiblement le véhicule. De ce fait, Sylvain s’est contenter dans un premier temps de retarer les amortisseurs d’origine. se réservant la possibilité de faire appel un kit Old Man Emu le jour où les ressorts avachis n’assureront plus leur rôle.


Un V 6 qui a la pêche

Une belle préparation pour ce FJ
Conçues pour le marché américain, les suspensions peuvent se montrer trop souples pour nos routes et chemins européens. Certes, ce n’est pas encore un bateau mais mais le gros véhicule semble un peu flotter ce qui nuit à sa tenue de cap. ( là on est en plein dans la marine ) C’est donc sur ce point que l’ami Sylvain à porter ses efforts en premier. Il suffit de compulser les catalogues américains où canadiens ( ces derniers sont en français !) pour trouver son bonheur en matière de kit de suspension. Toutefois ceux-ci ont l'inconvénient de réhausser sensiblement le véhicule. De ce fait, Sylvain s’est contenter dans un premier temps de retarer les amortisseurs d’origine. se réservant la possibilité de faire appel un kit Old Man Emu le jour où les ressorts avachis n’assureront plus leur rôle.

Avec une meilleure tenue de route, l’idée de booster le V6 germa vite dans l’esprit de Sylvain. Une simple optimisation de la gestion électronique de l’injection permis de gagner une dizaine de ch supplémentaire mais surtout d’amélioré le couple à bas régime. Sur route, le comportement du FJ Cruiser à quelque peu changé, devenant plus conforme à nos habitudes. A chaque rond point il ne se vautre plus d’un bord à l’autre comme il le faisait. Coté freinage, la encore ont pourrait noter une légère amélioration mais il n’y en avait pas vraiment besoin car les disques ventilés et les aides électroniques à la conduite faisant le reste. Et là notre avis est peut être subjectif, nous le reconnaissons.  En revanche, c’est bien sur la piste pour ne pas dire des chemins défoncés que le changement s’avère radical ! Enfin le FJ Cruiser ne bondit plus à la moindre bosse et surtout ne talonne plus à la réception ! 

Un vrai 4x4

En franchissement, la puissance était déjà au rendez-vous mais il nous semble, là encore, que le petit plus offert pas Sylvain se sent notamment quand il s’agit de rouler sur un filet de gaz. Alors là cela devient carrément fun ! Fun Cruiser ? Cela ne vous rappelle t’il pas un autre Toyota beaucoup moins fun celui là, surtout en tout terrain?  

Espace PUB

Cet espace Publicitaire est pour vous