MG GT de 1972

Vous rêvez de filer à l’anglaise, d’une voiture qui décoiffe et vous désirez rouler autrement ? C’est donc une MG qu’il vous faut.

La ligne rétro de cette petite « So British » ne prend plus une ride car elle est unique. Elle a fait le bonheur d’une génération de jeunes gens BCBG. Aujourd’hui c’est une voiture recherchée mais accessible.

La production de la MGB débute le 22 mai 1962

Sortie en 1962, la MG B succède à la MG A dont la ligne tout en rondeur passait de mode. A l’inverse, abandonnant le châssis classique, la carrosserie de la MG B fait appel à une caisse autoporteuse ( emboutie ), aux lignes plus tendues. La production débute le 22 mai 1962. La première MGB de série est produite sous le numéro de châssis G-HN3 101 . Il s’agit d’un cabriolet ( roadster ), animé par un moteur 4 cylindres en ligne 8 soupapes, de 1 798 cm3, offrant 95 ch.

La MG B est dotée d’une caisse autoporteuse ( emboutie ),

Plus habitable que le modèle précédant, plus confortable aussi, l’équipement comporte des lève-vitres ( manuel faut pas exagérer ) et une capote. Mais c’est en 1965 qu’apparaît sur le marché le coupé MG GT. Sa ligne a été retouchée par Pininfarina.

Lignes plus anguleuses

Le nouveau venu est toujours doté du 4 cylindres 1.8 mais le principale changement se fait dans l’habitacle ; Celui-ci offre maintenant 4 places ( 2+2 ) et un espace plus important de coffre pour les bagages. Le pare-brise est plus haut, l’intérieur un peu plus cossu mais la rançon se montre lourde : le coupé rend 100 kg au roadster. Et la sanction tombe : Les ventes du coupé GT sont moins bonnes que celles du roadster. Il est vrai que le plaisir de conduite n’est pas comparable… Les cheveux ne sont plus au vent…

La conduite à droite ne se montre pas une grande gène sur les routes de Provence
Le confort demeure spartiate
4 cylindres 1.8 L
Double carburateur SU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *